Gimme a break

Je ne sais même pas par quoi commencer. Je vais donc faire court : comme souvent (ceux qui lisaient mon ancien blog le savent), je ressens le besoin de faire une pause. L’été est là, c’est la saison la plus difficile pour moi, pourtant je suis née en août, je devrais aimer la chaleur écrasante, le soleil aveuglant et les ciels bleus stupides. Mais ce n’est pas le cas, l’été m’agresse, je ne peux pas me cacher aussi bien qu’aux jours plus sombres, l’été expose ma peau allergique au soleil (si si ça existe). Je ne comprends pas trop pourquoi on devrait se réjouir de l’été, peut-être parce que les gens prennent des vacances en juillet et août, c’est justement pour cette raison que je pars plutôt en septembre ou octobre… L’été je suis négative, défaitiste, je fantasme à mort sur ma mort, puis l’automne arrive et je revis !

L’automne semble si loin, que je le veuille ou non, je vais devoir survivre à un été de plus. Je ne voudrais pas écrire des billets composés de plaintes et de détestation des gens extravertis, de haine du bronzage et de ceux qui abandonnent leur chien sur le bord de la route. La seule personne à qui je vais écrire cet été, c’est Mike, le détenu américain qui m’a répondu. Je me plains de passer l’été dans une région même pas caniculaire, il est dans une cellule en Californie où il fait 29 degrés en moyenne en juillet et août. Il a passé la moitié de sa vie d’adulte en prison, il apprend l’espagnol en ce moment, il a des projets à sa sortie en 2023, il ne se plaint pas, il avance. Je savais que je n’avais pas choisi ce chauve par hasard, c’est un être qui inspire la gentillesse, il est littéralement au fond du trou et il positive. Je vais tâcher d’être à la hauteur de mon engagement auprès de lui, après tout, il n’a rien demandé ! Et je vais lui rendre visite en 2021, du moins je vais essayer parce que c’est un peu plus complexe quand on ne fait pas partie de la famille (et parce qu’on se plaint de l’administration française mais l’américaine n’est vraiment pas plus glorieuse).

Je ne sais pas si je reviendrai ici à l’automne parce que je risque de vivre un automne intense, j’espère pouvoir revenir avec des histoires folles et des anectotes fun cet hiver, dans mon appartement avec baignoire (parce que enough is enough, la douche c’est plus possible). Je reviendrai peut-être même carrément début 2021 en vous annonçant que je suis enceinte et mariée à un mec de Tinder (mouahhahah plutôt crever). Je voulais dire un grand merci à ceux qui sont toujours là pour moi quand j’écris un billet qui les inquiète, ils se reconnaitront. Si vous avez besoin de moi, je suis là aussi, évidemment. Merci par avance à ceux qui reviendront lire mon blog quand il reprendra, qui auront la patience de m’attendre, et merci à ceux qui me lisent religieusement, vous êtes nombreux (j’ai enfin regardé les stats). Je vous souhaite un bel été et je vous embrasse bien fort.

Seul truc cool l’été : les couchers de soleil !