Promenade masquée au pays magique de Tinder

Je me suis donc inscrite sur Tinder sans mettre de photo de moi. Je sais, j’avais dit que plus jamais je ne me réinscrirai sur ce truc mais je l’ai fait avant tout pour discuter avec des mecs, pour me changer les idées, pas dans le but de rencontrer quelqu’un. J’étais à peu près certaine qu’il y avait comme moi beaucoup de mecs seuls qui manquent cruellement de discussions enrichissantes. Après tout, l’année passée, j’avais rencontré Valentin par ce biais et c’était encore mon pote alors pourquoi pas s’en faire d’autres !

J’ai tout de suite matché avec Aurélien que j’ai décidé de rencontrer deux jours après. Il était mieux que ses photos, un peu timide mais très cool même si un peu le cliché du mec gauchiste écolo (personne n’est parfait, je suis moi-même le cliché de la fille à chat vegan…). On a discuté deux heures en regardant les étoiles, c’était vraiment un chouette moment. Quand je suis rentrée, il avait laissé un message qui ne laissait aucune place à l’équivoque : il était intéressé. C’est toujours très délicat ce moment où tu dois dire que toi pas vraiment sans blesser l’autre. Aurélien n’a ni la personnalité ni le physique qui me font mouiller, il est vraiment trop gauchiste pour moi (il est de toutes les manifs), trop romantique (il lit des poèmes à une autre fille de Tinder tous les soirs via Whatsapp), trop doux, trop efféminé. Comme il est intelligent, il a compris qu’on pourrait être de très bons potes et c’est ce que nous sommes en train de devenir, je crois. On est un peu intellos tous les deux, on peut parler de trucs qui feraient chier les autres pendant des heures en étant très enthousiastes (genre les documentaires sur les mystères de la filiation ou les artistes qui fabriquent de la fausse nourriture), je crois qu’on s’apporte mutuellement, ce qui est rare avec quelqu’un qu’on ne connait que depuis quelques jours. Il est assez seul aussi parce qu’il est marin et ce sont les six mois de l’année où il n’est pas en mer, pour le moment il a du temps et moi aussi, profitons-en !

Deux jours après Aurélien, j’ai rencontré Julien. Chaque jour, il m’envoyait un selfie et une vidéo de lui, c’était un peu étrange, je ne suis pas très fan des mecs show off, je vénère la discrétion et l’humilité. Mais il était plein d’énergie et très différent du genre de mec que j’aime, ça pouvait être intéressant de sortir un peu de la fameuse zone de confort. On est allés voir le coucher de soleil sur la plage, le ciel était sublime, lui un peu moins quand il a décidé de retirer son t-shirt pour exposer son torse. Intérieurement j’ai facelpam en essayant de garder une certaine constance. Il m’a ensuite raconté sa vie, de son enfance en foyer à son appartement qu’il voulait acheter pour laisser quelque chose à sa fille dont la mère avait refusé qu’il la reconnaisse pour « continuer à toucher les aides de l’état » (what?!?!). Il n’a posé aucune question sur moi, rien, j’avais le sentiment d’être une psy gratuite. Le lendemain soir, il m’a envoyé un message demandant s’il pouvait passer chez moi prendre l’apéro, j’ai répondu que non merci et en plus je ne bois pas d’alcool. Le jour d’après il a envoyé un message disant que je lui plaisais et qu’il était sûr que sexuellement on ferait des étincelles (dans le texte), qu’il fallait que j’ouvre mon cœur bla bla beurk. J’ai expliqué que l’attirance n’était pas réciproque, il a insisté, j’ai re décliné puis il m’a dit que c’était normal que je sois seule parce que je me prenais trop pour une princesse (en effet), que j’étais trop conne de refuser de coucher avec lui parce que je ne savais pas ce que je perdais (je ne voulais pas le savoir non), que je n’aurais plus que mes yeux pour pleurer quand je serai vieille et encore célibataire et que ce serait lui qui me tendrait les mouchoirs hahahhahaha (il avait mis plein de « hahahaha » sardoniques). Je l’ai laissé vomir sa diatribe puis j’ai écrit « pauvre type » avant de le bloquer.

Cette semaine, j’ai gagné un pote et rencontré un con. C’est un bon ratio. Et j’ai surtout reçu mes lunettes anti lumière bleu, je suis joie ! Depuis que je suis petite, je rêve d’avoir des lunettes de vue mais j’ai 10 à chaque œil. L’année dernière, j’ai consulté un ophtalmo en espérant que ma vue commençait à décliner mais que dalle, encore 10 à chaque œil. Alors j’ai trouvé la parade : les lunettes pour glander devant l’ordi, ça y est je peux rayer sur ma bucket list «être sexy avec mes lunettes de vue ». Pour vous c’est peut-être rien mais pour moi… c’est la foire au selfie (ne me jugez pas, merci).

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s