L’Italien et l’ennéagramme

L’autre jour, je raconte ma récente aventure avec l’Italien à un pote et il conclut par « Pourquoi tu refuses le bonheur ? ». Je me suis crue dans un livre de développement personnel l’espace d’un instant, j’ai failli rire mais je me suis retenue. Il ne manquait plus qu’il me suggère d’ouvrir mon chakra du cœur, non mais vraiment … !

Il y a quelques mois, je m’étais inscrite sur un site de rencontres libertines, lasse d’être confrontée à des sans-couilles sur Tinder (pardon du raccourci). Je discutais beaucoup avec l’Italien que je trouvais à la fois très séduisant, humble, posé, intéressant, le genre de mec avec lequel je pourrais me mettre en couple. Mais j’ai disparu du jour au lendemain parce que les relations à distance, ce n’est vraiment pas pour moi, d’autant que je ne conduis pas, je ne trouve pas juste que le pauvre soit obligé de se taper 200 km le week-end alors que je reste au chaud chez moi avec les chats. Il m’a recontactée la semaine dernière, il ne m’avait pas oubliée, c’était flatteur (je suis une proie facile, ayez pitié, merci).

Nous avons échangé toute la semaine matin et soir, c’était si agréable de sentir que quelqu’un pense à toi, que quelqu’un attend tes messages, j’ai vite pris goût à la chose. Il me disait chercher une relation sérieuse, je lui disais que je ne voulais plus de plans cul, il pouvait se passer un truc, je le sentais (croyais-je). Je savais qu’il était libertin mais ça ne m’effrayait pas puisque je ne suis pas la personne la plus fidèle au monde et que l’exclusivité sexuelle est un concept auquel je ne crois absolument plus ; au risque de me répéter, les statistiques sont de mon côté, croire à la fidélité sexuelle ça revient à la même chose que de croire au Père Noël (oui je sais ça fait mal et je t’entends toi qui geins dans le fond, « oui mais moi c’est pas pareil », si, c’est pareil pour tout le monde, désolée).

Il est resté trois jours chez moi et j’ai réussi à le supporter alors que l’un de mes chats avait cassé ma télé, j’ai réussi l’exploit de supporter un homme chez moi pendant trois longs jours sans me lasser, sans avoir envie de disparaître. C’était ce genre de week-end qui mélange beaucoup de bla bla, de sexe endiablé et de miam miam qui arrive en bas de chez toi parce que la flemme de cuisiner. Certes j’ai quitté ma chambre pour le salon où j’ai dormi dans le canapé parce qu’il émanait trop de chaleur de son corps. Mais je revenais vers 4h du mat’ pour le réveiller, on faisait l’amour et je retournais dans mon canapé haha C’était parfait. J’ai encore des traces de sa fougue sur mon corps, des bleus de toutes les couleurs, certains commencent à devenir jaunes, d’autres sont violacés, j’ai la trace de ses longs doigts sur ma cuisse…. Le comble c’est que tous les chats l’ont adoré. Ces traitres de chats se faisaient caresser par l’Italien en me regardant les viles créatures !

J’ai bloqué son numéro peu de temps après son départ. Je suis la queen du ghosting. Je sais bien que certains pensent que les gens qui ghostent sont des enfoirés et je comprends très bien mais à titre personnel, j’ai une seule priorité dans la vie et c’est moi. Moi, mon bien-être, ma santé mentale, que mon cœur, mon cerveau et mon corps soient alignés. J’ai pris le temps de le connaître et j’ai compris que je ne pourrais jamais me mettre en couple avec un libertin. Je n’ai pas du tout la mentalité qu’il faut. Autant je peux comprendre un coup de canif dans le contrat, et même deux ou trois par an, une fille magnifique qui passe en vacances et mon mec craque, il ne la reverra jamais, on s’en fout. L’Italien avait plusieurs plans cul réguliers et un couple d’amis avec lequel il s’amusait de temps à autre. Je suis tolérante mais j’ai aussi mes limites, pour ne rien arranger, je suis ce genre de personne ultra hygiéniste qui a peur des MST alors autant dire que côtoyer un mec comme ça c’est la porte ouverte à une multitude d’angoisses exponentielles. Il sait que je suis la reine du blocage, il ne sera pas étonné, objectivement. Nous n’avons aucun avenir ensemble, il le sait aussi, je lui ai demandé pourquoi il cherchait une copine alors qu’il n’avait sans doute pas de temps à lui consacrer entre son taf très prenant, sa famille, ses amis et ses nombreuses conquêtes. Il a admis ne pas y avoir pensé (parfois t’as envie d’acheter un cerveau aux hommes, mais vraiment !-soupirs).

Quand j’ai passé un énième test de personnalité, suggéré par une copine d’Insta, j’ai nommé l’Ennéagramme, je n’ai pas du tout été étonnée de tomber sur le profil 5, « L’observateur ». Je cite « Le problème des 5 est que, s’ils sont à l’aise dans le domaine de la pensée, ils sont souvent moins à l’aise quand il s’agit de faire face à leurs émotions, les exigences d’une relation, ou la nécessité de trouver une place dans le monde ». Tout le texte décrit si bien ma personnalité que c’est gênant, je n’aurais pas pu le dire mieux. « Les gens de ce type de personnalité ont essentiellement peur de ne pas avoir assez de force intérieure pour affronter la vie (d’où mon obsession du suicide comme porte de sortie), ils ont tendance à se retirer dans la sécurité de l’esprit où ils peuvent préparer mentalement leur apparition dans le monde (d’où ce besoin de me préparer psychologiquement à chaque fois que je sors de chez moi).

Je ne refuse pas le bonheur. Loin de là. Quand il se passe quelque chose de nouveau, je me demande « Does this support the life I’m trying to create ?« . Ici, la réponse était limpide : non, l’Italien n’a pas sa place dans la vie que je me construis (d’autant qu’il fume et boit, deux red flags pour moi). Quand il est parti, j’ai pris une grande respiration, ça y est, j’étais enfin seule. Je retrouvais mon lit, mes chats que pour moi, j’ai fait un grand ménage, j’ai jeté tout ce qu’il avait touché (à part moi lol), j’ai lavé les draps et les taies, aspiré le sol partout, fait briller les surfaces en bois en écoutant Gojira très fort. « Peu de gens savent ce qui se passe sous la surface, les 5 ont souvent un besoin exagéré de vie privée, de secret, et une profonde peur de l’intrusion ». Voilà, j’ai peur qu’on m’envahisse. Je suis terrifiée à l’idée qu’un homme chamboule mon équilibre qui n’est jamais acquis, ma santé mentale dépend de ma capacité à la maintenir, c’est un mode de vie, par périodes c’est un combat. Je veux que ma tête, mon corps et mon cerveau ne fassent qu’un, tout ce qui menace mon équilibre est chassé hors de ma vie, hors de ma vue. Je suis radicale parce que l’amour propre ne se contente pas de décisions tièdes. L’Italien est intelligent, il comprendra et il s’en remettra. J’ai appris que j’ai encore du chemin à faire pour me laisser aller à la possibilité de l’amour. J’ai peur de donner, peur de recevoir, peur d’être déçue, peur d’être comblée, peur d’être amoureuse, peur de ne rien ressentir. Désolée ce n’est pas la conclusion la plus heureuse mais je ne suis pas là pour me montrer sous mon meilleur jour. Un jour, je serai prête ! Quand on a l’amour propre, on a l’essentiel, le reste est superflu 🙂

16 commentaires

  1. Bon jour,
    Je retiens :  » … parfois t’as envie d’acheter un cerveau aux hommes … » …bah, les femmes ont ce genre d’expression de : « surcharge mentale » … ça équilibre … 🙂
    Max-Louis

    J'aime

    • Je pense que les femmes parlent de « charge mentale » et non « surcharge mentale », en l’occurrence il s’agit de tout ce que nous faisons que les hommes ne pensent pas à faire (ex : penser à trouver des cadeaux pour les anniversaires de SES amis, penser à prévoir les vacances en lui demandant 36 fois de nous donner ses dates pour tout organiser, finir par nettoyer la salle de bain parce qu’il dit qu’il s’en occupe depuis deux jours et rien n’est fait etc…). Si les femmes subissent la charge mentale, c’est bien parce que les hommes oublient qu’ils ont un cerveau et qu’il faut le faire fonctionner ! 🙃

      Aimé par 2 personnes

  2. ça ne me regarde absolument pas, mais ton envie de liberté me parait très louable, l’égoïsme bien compris est une qualité difficile à mettre en oeuvre, mais qui peut être très positive..
    J’ai fait le test, mal fichu d’ailleurs (ex : « Souvent, les gens ne sont pas ce qu’ils affichent, c’est pourquoi je me méfie vraiment de leurs motivations » : 2 affirmations dans la même question : je suis d’accord avec la première, pas avec la 2e…comment répondre ?)
    je me mêle encore de ce qui ne me regarde mais, as-tu regardé du côté des différences et du « surdon » ?

    J'aime

    • Je ne pense pas du tout être égoïste, je me protège de la toxicité des autres parce que je suis hypersensible : c’est une question de santé mentale pour moi. Après oui j’ai un caractère individualiste, je ne le cache pas. J’ai fait le test sur un site américain, celui là n’est qu’une version gratuite abrégée, mais tu trouveras d’autres tests facilement, je te conseille d’en faire plusieurs par ailleurs. Je n’ai pas trop envie de passer des tests pour savoir ce que je suis déjà : différente, c’est certain. Je préfère être libre que d’avoir une énième étiquette ! Cela dit je pense que ça peut aider ceux qui sont en recherche de soi.

      J'aime

      • oh, je ne songeais pas à « égoïsme = moi d’abord et tant pis pour les autres » mais plutôt « = ne pas se laisser influencer par les aures, essayer de trouver ce qui est vraiment bon pour moi, quitte à ce que ça amène à des choix rudes » ;(
        donc quelque chose de plutôt positif ; désolé si je me suis mal expliqué.
        La suggestion de piste vers le surdon, c’est parce que, d’expérience, plus qu’une étiquette, ça peut donner un cadre d’explication global… dont on fait, ou pas, ce qu’on veut ensuite.
        Sinon, le test, je suis 5 avec des ailes équilibrées, quoique ça veuille dire :).

        Aimé par 1 personne

  3. C’est étonnant cette « phobie » de l’engagement ( je ne sais pas si tu approuves ce mot de phobie, ce n’est pas un jugement ). Tu parles de tes peurs. As tu essayé de trouver l’origine de ces peurs ? il y a toujours une origine dans l’enfance, une blessure mal refermée … la trouver te permettrait déjà de ne plus avoir peur. Après bien sûr tu es la seule à savoir si tu en envie ou pas, et encore une fois il n’y a pas de jugement 😉

    J'aime

    • Pour ma part c’est l’inverse que je trouve étonnant, tous ces gens qui veulent absolument s’engager avec n’importe qui juste pour être dans la norme, le couple avec des enfants, le labrador et la maison à crédit. Ce n’est pas une phobie, je n’irai pas jusque là. J’ai été élevée par des parents un peu excentriques et très attachés à leur liberté qui se sont mariés au bout de vingt ans pour des histoires administratives pour divorcer peu de temps après (ils sont aujourd’hui les meilleurs amis du monde). Je ne pense pas avoir de blessure en rapport avec l’engagement, je ne suis juste pas conventionnelle dans ma façon de voir le couple. Je sais que c’est dur à entendre mais le couple (et le mariage et les enfants etc) n’est pas un but pour tout le monde. On peut avoir une vie très riche et être épanouie en tant que femme (ou homme par ailleurs) sans tout ce qu’on nous vend comme le bonheur ultime (qui n’est pas une valeur sûre quand on voit les stats sur les divorces et familles monoparentales !).

      Aimé par 1 personne

      • Je suis d’accord avec toi, il n’est pas nécessaire de s’engager pour être heureux et surtout pas être dans la norme. Ce n’est pas dur à entendre c’est juste que tu as parlé de peurs … mais j’ai dû me tromper dans la lecture de ton texte 😊

        J'aime

      • C’est la peur de perdre ma liberté, tout simplement. J’ai déjà été en couple et très heureuse, j’en parlerai prochainement par ailleurs ! Etre en couple c’est accepter de partager son lit, ses repas, ses loisirs, sa vie, avec quelqu’un. Sans doute que ces peurs s’évanouissent quand on rencontre la bonne personne… ou pas ^^

        Aimé par 1 personne

      • J’ai le sentiment que vivre en couple peut être bien autre chose que perdre sa liberté. Mais je sais que j’ai une vision un peu utopique de la vie ! Encore faut il rencontrer la bonne personne comme tu le dis. D’ailleurs je vis seule depuis un bon bout de temps ^^

        J'aime

      • Je pense que ça dépend de ta personnalité, il y a des femmes douées pour le couple, d’autres pour les enfants, d’autres pour la carrière etc On ne peut que rarement être bonnes dans tous les domaines de la vie. Je suis très solitaire de nature, hypersensible, introvertie, bref, pour moi l’Enfer, c’est les autres. Je ne cherche pas la bonne personne, je crois que tout ce qui m’arrive a une raison d’exister et que le moment arrivera…. quand ce sera le moment ! Garde ton âme d’enfant, tu as bien raison 🙂

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s