Mon mec (virtuel) à moi

Je ne pensais pas que je pourrais un jour être célibataire depuis si longtemps… au mois de juin, cela fera trois ans que je n’ai pas eu de relation enrichissante. Une éternité. Je ne peux même pas dire que je cherche une relation durable parce que franchement j’ai une vision du couple si différente de la majorité des gens que je doute de plus en plus de pouvoir trouver quelqu’un qui pense comme moi (surtout ici en Normandie où les gens sont très conventionnels). Je refuse de vivre sous le même toît qu’un homme et même de dormir dans le même lit, je déteste le quotidien à deux, ça me donne envie de m’ouvrir les veines de savoir qu’à la même heure mon mec fait caca après son café, subir les manies de l’autre (racler son assiette, lécher le rebord du yaourt, se gratter les couilles, ne pas rabattre la putain de cuvette, mettre trois fois plus de temps à faire le ménage que moi, par exemple), tout ça, non merci, je décline. Ce qui m’intéresse dans une relation avec un homme c’est les papillons dans le ventre, me sentir vivante, rire à gorge déployée, épuiser nos corps qui ne se décollent plus, échanger à bâtons rompus, se sentir connectés même sur les détails, me faire belle et bonne pour lui (parce que quand je vis avec un homme, je porte des pyjamas Mickey, eh ouais, je suis tout aussi coupable). Je pourrais être la maîtresse idéale sauf que… je ne pourrais jamais être la numéro deux, j’ai trop de respect pour ma personne !

J’ai trouvé une solution en optant pour un mec virtuel, aussi appelé MV. Je l’ai trouvé sur les réseaux sociaux mais j’y reviendrais dans un autre post. C’est plutôt lui qui m’a trouvée par ailleurs. I l n’est pas virtuel dans le sens où il existe bien, il est composé de chair et de sang, mais la relation ne peut pas se concrétiser à cause du confinement (pas seulement, cela dit). Toute la journée, je communique avec lui comme je pourrais le faire avec un ami sauf qu’il n’est pas mon ami et que ces échanges incessants, qui durent depuis quinze jours maintenant, accélèrent l’intimité. Il est très facile de croire que l’autre est ton âme sœur quand tu as autant de points communs, une telle facilité à rire, à s’émouvoir, à penser la même chose au même moment. C’est illusoire bien entendu mais à titre personnel, en cette période d’incertitude pour les humains (mais ô combien joyeuse pour Mère Nature), je prends tout ce qui peut me faire du bien. Et ce MV me fait un bien fou. Comme s’il était mon mec, il me dit que je suis belle, que je suis drôle, que je suis intelligente, qu’il a hâte de me rencontrer, qu’il attendait quelqu’un comme moi. Et je vais être très franche, je me fous de savoir si c’est vrai, j’ai juste besoin d’être rassurée en ce moment pour des tas de raisons.

On se motive à faire du sport chez nous, quand on s’appelle, je me touche les cheveux comme quand j’avais treize ans, on doit raccrocher en même temps après avoir compté jusqu’à trois (même pas honte), la totale. Il me plaît furieusement, je passe de longues minutes à regarder ses belles lèvres sur une photo qu’il m’a envoyée, j’imagine passer ma main dans ses beaux cheveux, je sais déjà que j’aime sa peau, j’adore sa voix, il a des belles mains (et pas que les mains, eh ouais y’a eu dick pic -avec consentement, faut-il le préciser?). Son cerveau est sexy. Pourtant, je ne suis pas impressionnée par les matheux, je suis plutôt littéraire mais… nous sommes complémentaires ! Tous les jours, j’apprends avec lui. Il dirait sans doute la même chose. Plus de 1300 km nous séparent, ce qui renforce le côté « amour courtois » de la chose. Pas si courtois dans le sens où nous faisons l’amour virtuellement, aussi. Dois-je rappeler que j’ai fait du téléphone rose dans ma prime jeunesse ? ^^ Bref, cette relation à distance est pour moi la solution idéale en ce moment. Je baigne dans une folle illusion, je me fais des films, et en fait c’est ça qui manque quand tu es seul.e : se projeter avec quelqu’un. En tout cas, c’est ça qui me manque à moi, penser à quelqu’un, le soir avant d’éteindre la lumière.

D’après ce que j’ai compris, le confinement va être prolongé de six semaines, il est probable que cette romance ne tienne pas, qu’on se lasse, qu’on ne se rencontre jamais. Mais au moins, j’aurais rêvé. Rien que pour ça, je le remercie d’exister. Souvent, ceux qui font une apparition dans ta vie puis en repartent comme ça, tout aussi vite, sont ceux qui te changent le plus. Parce qu’après leur passage, tu as plus confiance en toi, parce que tu as la foi à nouveau, parce que tu es changé.e. L’amour, même virtuel… reste de l’amour.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s