Pourquoi et comment écrire à un prisonnier

Quand j’avais vingt ans, j’ai entretenu une correspondance pendant six ou sept ans avec un détenu américain incarcéré dans le couloir de la mort. Il était noir, il était là au mauvais endroit, au mauvais moment, et on avait décidé que c’était lui le tueur. Il n’avait pas d’argent, pas d’avocat digne de ce nom, rien. Pour ne rien arranger, il avait un QI inférieur à la moyenne, il ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait. Mes lettres lui apportaient un peu de réconfort, il adorait que je lui raconte la fac, mon premier amour, mes voyages seule avec mon sac à dos, je lui envoyais des photos de moi, de mes voyages autour du monde, je voulais le faire rêver un peu, le sortir d’un quotidien répétitif. Il m’envoyait des dessins, des poèmes, des mots plein d’espoir ou de détresse, je lui disais qu’un jour j’irai le voir, et j’ai essayé mais j’ai ensuite eu une période de dépression qui m’a coupé du monde. Je sais qu’il avait d’autres correspondantes, je n’étais pas la seule. Il est toujours dans le couloir de la mort, je pense souvent à lui même si je n’ai plus de nouvelles.

Hier, je regardais « I am a killer » sur Netflix et j’ai eu envie de correspondre avec un autre détenu. Il y a tant d’hommes et de femmes incarcérés qui s’ennuient profondément, qui ne demandent qu’à communiquer, qui ont sans doute beaucoup à nous apprendre. J’ai choisi de me diriger vers un site qui permet de trouver un penpal américain parce que j’aime écrire en anglais mais aussi parce que c’est tout simplement plus facile que de trouver un correspondant français… Ce site s’appelle Write a prisoner, pour trouver le correspondant idéal, on peut entrer le genre (il y a des personnes transgenres sur le site!), l’ethnicité, l’âge de la personne et tout un tas d’informations, une sélection de personnes vous est ensuite proposée. Il y a près de 25000 membres, il vaut mieux savoir à l’avance avec quel type de détenu on cherche à communiquer, sinon, impossible de choisir, les propositions sont trop nombreuses. Pour moi, le critère le plus important était que le détenu soit athée, je voulais m’épargner des échanges à caractère religieux, ce qui m’intéresse c’est ce que la personne a à partager, pas ses opinions religieuses…

Il y avait quatre propositions, j’ai choisi Michaël parce qu’il est chauve et que je suis certaine de ne pas tomber amoureuse de lui et de l’épouser en taule, je me connais, hein… Je suis mon pire ennemi. Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai la phobie des chauves (ça existe, je le jure). J’aimais bien le fait qu’il soit artiste peintre, qu’il ait des tatouages et qu’il adore lire, comme moi. Je lui ai donc envoyé une lettre pour me présenter, j’ai ajouté une photo de moi et de mes chats, pour qu’il sache à qui il parle, et j’ai posté ça aujourd’hui. Je ne sais pas s’il va accepter de communiquer avec moi, c’est à lui de le décider, j’en reparlerai sur le blog.

Entamer une correspondance avec un détenu c’est une grande responsabilité, il faut le faire en connaissance de cause, les détenus sont des êtres humains, pas une lubie qui finira par nous passer, ils comptent sur nos lettres, nos mots d’encouragement, notre soutien, notre amitié. C’est un engagement à ne pas prendre à la légère. Il faut aussi savoir être patient, le système judiciaire américain étant ce qu’il est, il peut se passer parfois deux mois avant qu’on reçoive une lettre d’un détenu. D’autant que les timbres, le papier, les enveloppes, tout est à la charge du détenu et rien n’est gratuit, encore moins en prison…

Dans mon cas, Michaël a été incarcéré pour « attaque à main armée », il sera libre en 2023 si tout se passe comme prévu. On peut choisir de correspondre avec une personne qui se trouve dans le couloir de la mort, on peut connaître les raisons de l’incarcération du détenu même si tous les détails ne sont pas précisés. Il est bien évidemment fortement déconseillé de questionner le détenu sur les raisons de son incarcération, il finira probablement par vous en parler de toute façon. Je pense qu’écrire à un détenu permet de relativiser sa propre situation, nous sommes très forts pour nous plaindre de notre job de merde, notre appart trop petit, notre salaire peu mirobolant, que sais-je… mais nous sommes libres. Échanger avec un détenu permet de faire preuve de beaucoup d’humilité, qualité dont l’humanité manque cruellement… Donner un peu de son temps à un être humain qu’on ne connait pas c’est aussi un message fort : tu es incarcéré, tu as fait une erreur, mais ta vie est digne d’intérêt. Personne n’est infaillible… Idéalement, j’aimerais rendre visite à Michaël parce que je vais aux Etats-Unis tous les ans. Si j’étais en prison, j’aimerais qu’on me rende visite. Beaucoup de détenus sont seuls, loin de leur famille, quand leur famille ne leur a pas tourné le dos. Je vous tiens au courant de cette histoire !

Si vous voulez écrire à un détenu, c’est par ici : https://writeaprisoner.com/

Et si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire, j’y répondrai avec plaisir:)

6 commentaires

  1. « j’ai choisi Michaël parce qu’il est chauve et que je suis certaine de ne pas tomber amoureuse de lui et de l’épouser en taule, je me connais ».
    Tu m’as tué. 🤣🤣🤣
    Il va se dire « mais attends, elle en a combien des chats, la meuf ? 😉

    Je connaissais parce que quelqu’un en parlait sur Twitter. Elle disait que par contre, en France, tu peux pas choisir mais c’est l’association qui décide pour toi.
    Moi je pense que j’aurais quand même du mal, ça peut paraître un peu con (ou peut-être pas) mais j’aurais toujours en tête l’idée qu’il a potentiellement fait du mal (meurtre, viol, etc) et ne regrette absolument pas ses gestes et j’ai pas envie d’accorder du temps ou de l’énergie à des gens comme ça.

    J'aime

    • Je crois à la redemption, et je ne me considère pas au-dessus de quiconque, moi aussi j’ai fait du mal, pour moi il n’y a pas d’êtres humains meilleurs que d’autres. Quand tu regardes “i am a killer”, tu te rends comptes que si beaucoup de détenus avaient été protégés et aimés dans l’enfance, leur chemin n’aurait pas été le même. Tout être humain mérite qu’on lui accorde de l’intérêt à mes yeux, mais j’ai bien conscience d’avoir plus de compassion que la moyenne des gens…

      Effectivement, en France non seulement tu ne choisis pas mais il y a plus de règles, le détenu ne peut pas connaître ton adresse etc

      J'aime

      • Bien joué, maintenant, j’ai envie de la regarder cette série… (enfin au moins voir si ça me plaira)… 😅

        Oui, bien sûr, j’ai fait du mal dans ma vie aussi, comme toi, mais y’a une différence entre blesser quelqu’un (plus ou moins légèrement, physiquement ou émotionnellement) et prendre une vie consciemment. Moi aussi, je crois en la rédemption, mais pas pour tous ni pour toutes les fautes.
        Je suis pas spécialement d’accord sur l’enfance. Enfin je suis d’accord sur le fait que leur destin aurait pu être différent, peut-être radicalement, ça c’est indéniable, mais je trouve aussi que c’est une excuse un peu facile. Le nombre de gens qui ont eu une enfance difficile qui ont mal tournés représentent peut-être, quoi, 1% ? 10% ? (chiffre totalement random, hein). Ils restent des exceptions (malheureuses, certes) mais les 90 ou 99 autres % ont bien tournés…

        Bien sûr, il y a des gens qui regrettent, ou même qui sont innocents, qui ont compris et qui assument leurs erreurs, mais je ne suis pas sûr que j’arriverais à faire la distinction…

        J'aime

      • Honnêtement, quand j’écris à un prisonnier, je ne me pose pas toutes ces questions. Je vois l’humanité, la compassion, l’échange, le reste, je m’en fous.

        Je ne vois pas comment c’est possible de passer des années en prison coupé du monde sans que ça te change en tant qu’être humain… Ceux qui ne regrettent pas d’avoir tué sont une minorité et ont souvent un problème psychiatrique.

        J'aime

      • Moi non plus, je vois pas comment c’est possible (même si j’ai jamais été en zonzon). Je me dis qu’une fois, ça me calmerait. Et pourtant, le taux de récidive des criminels est de presque 10% en France (info pas 100% sûre). Bon y’a sûrement aussi des efforts à faire en terme de réhabilitation.
        (J’ai cherché pour les US et j’ai lu 66% mais ça me semble quand même un peu beaucoup, bien que le système carcéral soit différent.)

        Cela dit, je comprends bien tes raisons, et je trouve que c’est une bonne chose, et je reste persuadé que c’est positif pour eux. 😃

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s