Quand c'est fini, ça recommence…

J’ai passé le dernier semestre 2019 à écrire un manuscrit sur mon non-désir d’enfant. Je ne peux pas dire que j’ai été constante, je suis du genre extrémiste, j’ai passé des semaines à ne faire que ça, écrire, puis des semaines à oublier que j’étais censée écrire… J’ai toujours eu le sentiment que c’est un peu « l’écriture ou la vie », difficile d’écrire et de faire partie des vivants… Pourtant, les femmes sont censées être douées pour faire plusieurs choses à la fois…

C’est le troisième manuscrit que j’écris en trois ans sauf que celui-ci, il est fini. Mais pas tout à fait. Une fois le manuscrit terminé, il faut le corriger, le relire jusqu’à l’écoeurement, et j’en suis incapable depuis deux semaines. Je repousse le moment où je vais devoir m’y coller parce que je déteste ça. J’ai déjà envoyé un manuscrit à des éditeurs en 2010, sur les conseils d’une amie journaliste qui écrit elle-même, c’était elle qui m’avait corrigée, quel bonheur ! Mais elle ne fait plus partie de ma vie pour des raisons vraiment fucked up que je n’ai pas envie de développer ici. Je dois tout faire toute seule et ça m’horripile (on avait compris). Tout le cercle parisien qui pourrait m’aider, je lui ai tourné le dos. Sans regrets, par ailleurs. La victoire n’en sera que plus douce (si victoire il y a, of course).

Heu… je veux pas d’enfant mais j’ai pas pour projet de ressembler à une pouffe internationale !

Il y a dix ans, donc, j’ai failli être publiée. Finalement non, sombre histoire. Aujourd’hui, je pense que c’était un mal pour un bien parce que mon manuscrit évoquait une histoire pseudo sentimentale (à sens unique, dirons-nous haha) entre une jeune femme et un écrivain célèbre deux fois plus âgé. Ce manuscrit m’aurait gravement foutu dans la merde… Parfois, ce qui est considéré par autrui comme un échec est LA chance de ta vie de ne pas faire la plus belle connerie. Merci, donc.

Déjà, à quinze ans, je voulais écrire sur mon absence de désir d’enfant. J’ai toujours voulu écrire sur ce sujet qui me définit en tant que femme. La première chose qui me vient à l’esprit quand on me demande de me décrire c’est ce choix de ne pas être mère, ça pose la base de qui je suis en quelque sorte. Je suis et j’ai toujours été une femme qui ne veut pas d’enfants. J’ai toujours su, alors que j’étais moi-même une enfant, que je ne voudrais pas avoir d’enfants. Comme si j’étais née comme ça ! J’ai toujours su que je serai une femme libre (faux, j’ai cinq chats mouahahahah). Que mon chemin personnel passerait par d’autres réalisations probablement plus complexes que faire l’amour et accoucher neuf mois plus tard. En cherchant à me documenter sur le sujet, je suis tombée sur le podcast Môme crée par Laura, dont le but est de laisser la parole aux femmes et aux hommes qui ont ou non un désir d’enfant. Le dernier épisode évoque le don d’ovocyte, sujet peu connu en France, je vous le conseille vivement. Il est temps que les nullipares prennent la parole et j’espère que mon manuscrit sera publié pour faire partie de cette petite révolution !

Trop cute ❤ (je parle des deux chiens derrière qui ont le seum d’être avec un bébé aussi stupide)

L’idée de base de mon manuscrit, c’est de chercher les raisons de mon absence de désir de maternité dans mon histoire personnelle, de comprendre « d’où ça vient ». Mais le but n’est pas de parler de moi, mon histoire est un prétexte pour dérouler toutes les conneries qu’on entend quand on annonce qu’on ne souhaite pas fonder une famille. De comprendre pourquoi ça dérange autant qu’une femme fasse ce choix-là. Ce n’est pas toujours facile de parler de soi, surtout sur un sujet aussi intime, mais ça me semblait nécessaire, d’une part parce que mon histoire n’est pas linéaire, ce n’est pas juste « Elle ne voulait pas d’enfant » (sinon, il n’y aurait rien à raconter…). Surtout, mon objectif est d’ ouvrir la conversation, de permettre à toutes les nullipares de se sentir entourées d’amour et de bienveillance, de montrer au monde qu’une femme peut faire tellement plus que sortir un bébé de son vagin….Je sais, ça peut sembler utopique. Mais je crois aux miracles. Bon , je vais corriger, je vous laisse… faites des petites prières pour moi, j’en ai besoin.

13 commentaires

  1. Hey there! Contente d’avoir trouvé ton blog grâce à Tabi !

    Comme toi, j’ai pas mal d’amies qui ne veulent pas d’enfants non plus, mais cela ne veut pas dire qu’elles jugent celles qui en ont aussi sévèrement 🙂 Je suis enceinte et la même année, je lance ma boîte, c’est ultra flippant et ça sera sans doute mon ‘vrai’ achievement de 2020 (bon, on en reparle après l’accouchement, où je me sentirai sans doute comme une warrior ^^) ! Je ne me suis pas transformée d’un coup en poule pondeuse, j’ai encore mon cerveau et tous mes désirs de voyage et d’expatriation intacts (merci au papa d’avoir eu la même éducation que moi, et d’avoir aussi vécu à l’étranger :D) 🙂

    Les enfants ne prennent pas toute ta liberté 🙂 Il y a mille et une raisons de vouloir un enfant, tout comme il y a mille et une raisons de ne pas en vouloir, et ce serait cool si les deux camps pouvaient se respecter ! ^^ A la lecture de ton article, j’ai l’impression de passer pour une femme qui va totalement s’oublier et élever des êtres moches et totalement cons… mais ce n’est pas comme ça que je le vis 😀

    Sinon dans la vraie vie, je suis correctrice, et le sujet m’intéresse beaucoup : quatre de mes cinq meilleures amies ne veulent absolument jamais d’enfant, c’est quelque chose qui revient souvent dans nos discussions ; leurs familles respectives ne sont pas très douces ni compréhensives, malheureusement… Bref ! Si jamais tu souhaites faire relire/corriger ton manuscrit, tout ça… 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Hello, merci pour ton commentaire. Je ne crois pas avoir écrit que les enfants prennent toute la liberté, loin de là. En revanche oui, une femme aura bien moins de charge mentale sans enfant ! Je n’ai pas parlé de poule pondeuse non plus, je respecte les femmes qui font le choix d’avoir des enfants, je me sens juste différente depuis toute petite parce que moi je n’ai jamais eu ce désir-là. Et c’est ça que je voulais écrire parce que c’est tabou de faire ce choix de vivre sans enfant. Quand on est une femme normée, on ne se rend sans doute pas compte que celles qui sont hors normes souffrent des injonctions sociales, c’est usant de répéter sans cesse que non merci, les enfants ce n’est pas pour moi !

    Je te remercie pour les corrections mais je ne pense pas que tu sois la bonne personne pour m’aider, tu es enceinte, mon manuscrit risquerait de ne pas te plaire, malheureusement…

    Félicitations 😉

    J'aime

    • Ah ah c’est mon métier, je relis toutes sortes de choses, je peux t’assurer qu’un manuel de perceuse-visseuse ne me plaît pas forcément, ni une notice de médicament, mais ce que j’adore c’est CORRIGER 😉 Je lis pour le plaisir, mais quand je fais de la relecture, je passe en mode pro 🙂 Sinon je ne corrigerais que des romans de SF et de fantasy, et comment te dire… ça ne paierait pas mes brocolis 😉 Si tu préfères quelqu’un que tu connais, c’est ton choix, mais sache que corriger et relire, cela s’apprend, et ce n’est pas que traquer des fautes d’orthographe ou de conjugaison 🙂 D’autant que dans ton cas, ce serait vite fait, au vu des articles lus ici !

      Pour moi ton choix n’est pas du tout un tabou, en dehors desdites meilleures amies, j’ai pas mal de connaissances qui ne veulent pas d’enfants et ne se questionnent pas là-dessus – qu’elles soient trentenaires ou quarantenaires. C’est un choix de vie parmi d’autres, je ne sais pas si c’est encore un tabou en 2020.

      Et la norme, qu’est-ce que c’est… 🙂 Pour ma famille je rentre dans la case « hors norme » (et sans doute pas pour toi) : j’ai quitté un CDI parisien pour vivre à la campagne, et lancer mon activité où je suis ma propre patronne. Ca a fait flipper tout le monde ! Tout ça pour dire qu’il n’y a pas de femmes ou d’hommes « normés », pas plus qu’il n’existe une norme. Ou alors elle diffère pour chaque individu, et sans doute en fonction de la société et de son époque. Je suis désolée pour toi si tu souffres de ces injonctions (le mot est fort !), si c’est usant. C’est triste de voir qu’il reste encore des gens qui pensent de cette façon en 2020, mais franchement ils deviennent minoritaires ^^

      J'aime

      • Quand je disais que tu étais dans la norme, ce n’était pas une insulte mais une réalité, je parle de statistiques, pas du genre de vie qu’on choisit et qui diffère d’un individu à un autre. Moi aussi j’ai quitté un CDI de cadre parisien pour aller vivre près de la mer, ce n’est pas de ça dont je parle. Le couple est la norme, les couples qui ont des enfants sont la norme aussi, c’est ainsi, je n’y suis pour rien.

        Je peux te jurer que c’est un tabou, je le vis au quotidien depuis que j’ai quinze ans et je ne suis pas la seule, si le sujet t’intéresse, il y a l’essai de Bettina Zourli « Je ne veux pas d’enfant » qui en parle très bien. Je conçois que tu ne soupçonnes pas la violence que les nullipares par choix subissent au quotidien, il faut clairement le vivre pour le croire ! Les gens intolérants ne sont malheureusement pas minoritaires, je le crains. Ne sois pas désolée pour moi, c’est grâce à ces gens vraiment pénibles que j’ai pu transformer tout ça en création , je les remercie !

        J’apprends à corriger toute seule, j’adore apprendre, et puis il y a une certaine forme de fierté quand on fait les choses seule de A à Z ! C’est mon bébé ce mansucrit (ironie, n’est-ce-pas?), je ne suis pas assez cool pour le confier à une inconnue, mais encore merci pour ta proposition si gentille, ça me touche. Si je peux me permettre de te corriger, on ne dit pas « quarantenaire » mais « quadragénaire », beaucoup de gens font la faute ! ^^

        J'aime

      • Hm… il faut croire que mes connaissances ont une vie vraiment préservée de ce côté-là :/ Pourtant on en parle beaucoup !

        Yes je l’ai lu avec plaisir et intérêt. J’imagine que de ton côté tu as lu Sorcières, de Mona Chollet ! L’ouvrage ne traite pas que de cela, mais la femme sans enfants est tout de même abordée ; et sa plume, que dire… je pourrais lire un manuel de recettes si elle l’écrivait, je crois !

        Merci pour la correction, voilà ce qui se passe lorsqu’on ne se relit pas soi-même ah ah ! De ton côté il n’y a pas d’espace entre la dernière lettre d’un mot et la virgule qui le suit, en revanche il y en a une avant une ponctuation forte (ici un point d’interrogation).

        C’est top si tu apprends seule, mais j’insiste, cela reste vraiment un métier. On voit d’ailleurs la différence entre les gens qui ont appris sur le tas, ou qui pensent être bons simplement parce qu’ils/elles ne font pas de fautes d’orthographe. Il y a tellement davantage à corriger et à relire !

        En tout cas, depuis tout à l’heure, je lis tes articles (dans l’ordre de parution, on est maniaque de la chronologie ou on ne l’est pas !) avec grand plaisir, j’aime beaucoup ta plume. L’absence presque totale de fautes me donne l’impression d’être déjà en week-end, merci aussi pour ça, c’est un régal !

        Aimé par 1 personne

  3. Ma foi a la réflexion c’est vrai qu’on parle beaucoup (trop a mon gout) de l’envie d’avoir des enfants et assez peu de toutes ces femmes qui n’en veulent pas. Ton manuscrit doit être bien sympa, je pense que je pourrais bien me retrouver dedans ^^ bon courage et tu sais, si jamais, la blogosphère grouille de personne prête a t’aider (je dis ça je dis rien :)) …

    J'aime

    • Merci Miss Avery ! J’espère que beaucoup de femmes se retrouveront dans mon parcours, je ne crois pas être la seule à avoir eu une belle enfance et pourtant aucun désir de fonder ma propre famille (parce qu’on me dit souvent “t’as dû être traumatisée dans ton enfance”, les gens sont si cons..).

      Je suis assez isolée dans la blogosphère, je sais qu’on peut m’aider mais sans connaître la personne, ça me fait un peu peur. Pour le coup, c’est mon bébé ce manuscrit !

      Aimé par 1 personne

      • Je pense que tu te dis plus isolée que tu ne l’es (ou alors t’aimes pas les gens ?) ^^ pour preuve nous sommes deux a avoir spontanément propose notre aide 🙂 mais je comprends que que c’est ton bébé et que c’est dur de filer son manuscrit a quelqu’un ^^ je disais ça comme ça 🙂

        Pour les enfants moi j’ai pris le parti d’en rire et des faire des blagues un peu (très) limite mais c’est vrai que quand tu tombes sur des gens qui sont fermés et qui pensent que l’aboutissement d’une vie c’est avoir un enfant c’est clairement depitant !

        J'aime

      • Isolée dans le sens où j’ai pas le sentiment d’avoir des amis blogueurs. Tout est virtuel, je n’ai jamais rencontré aucun blogueur (en fait si mais on n’est pas restés en contact). Je suis un peu sauvage et j’ai l’habitude de tout faire toute seule alors même que je m’en plains…

        Il vaut mieux en rire ou s’en foutre, c’est clair !

        Aimé par 1 personne

      • Virtuel ou non, a mon sens, le soutien c’est du soutien ^^ bref j’ai assez fait ma promo XD

        et clairement si je me remettais en question a chaque fois qu’on me disait « mais tu verras plus tard tu voudras des enfants » j’aurais pas fini !

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s